L’agriculture biodynamique, encore perçue à juste titre comme une agriculture marginale, n’atteint pas la croissance ni la reconnaissance que l’agriculture biologique connaît aujourd’hui. Ce précis, très synthétique, permet aux producteurs indépendants, aux coopérateurs, aux professionnels de la filière vitivinicole ainsi qu’aux étudiants de comprendre les principes de base de l’agriculture biodynamique, d’en déceler les avantages potentiels et les conséquences possibles sur l’évolution du sol, de la vigne et du vin. C’est par attrait personnel que l’auteur a voulu dresser un portrait sommaire de cette mouvance dont encore trop peu de viticulteurs sont les acteurs. La biodynamie mérite, sans aucun doute, ces quelques pages en guise de premier pas vers une réflexion plus vaste.